[http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/]
Retour Accueil
Jeudi 17 mai 1990, une journée de triste mémoire. Il fallait bien finir par en parler sur ce site. Ce trop fameux incendie des réserves...... Si bien évidement, l'on ne peut que pleurer les pertes d'appareils, pour la plupart, uniques, il faut se féliciter que personne n'ai été bléssé ou même pire. L'ami Philippe Couderchon m'envoie ces photos et pratiquement en même temps, lors d'une exposition dans mon petit coin de l'Oise, je fais la connaissance de Eric Fardel, spécialiste des anciens terrains d'aviation de l'Oise pendant la première Guerre Mondiale, et accessoirement Adjudant-Chef chez les Sapeur-pompier de Chantilly. Bien évidement, nous parlons du Musée de l'Air, et voilà qu'il m'explique être intervenu sur cet incendie. Sur ma demande, il a bien voulu écrire quelques lignes sur ce qu'il a vécu pendant cette intervention. Tout d'abord, quelques photos......
Voici le texte de Eric Fardel: A cette période j'étais affecté au Centre de Secours de Pierrefitte, de la 26ème Compagnie dont le P.C était à Saint-Denis (Fort de la Briche). Ce jour là, j'étais de garde au Premier Secours (engin d'incendie de base) dans les fonctions de chef d'équipe. Nous avons fait partie des moyens engagés en renfort du premier échelon déjà sur le sinistre. Pendant le trajet, la tension est montée assez rapidement au vu du panache de fumée qui était visible à de nombreux kilomètres ainsi que par les messages radio qui indiquaient un feu très important. A notre arrivée, le bâtiment était totalement embrasé et nous avons mis en oeuvre plusieurs lances en attaquant le feu par le coté droit. La structure de la charpente s'était effondrée ou menaçait de céder sous l'effet de la chaleur et nous avions comme consigne de ne pas pénétrer à l'intérieur, de toute façon tout était déjà complètement en feu. Etant encore jeune dans le métier, j'avais 2 ans de service, j'ai appris à mes dépends qu'elle était la réaction de l'eau projetée en pression sur de l'aluminium en feu. Dans la fumée il était très difficile d'apercevoir les matières qui brulaient et le port de l'appareil respiratoire ne facilite pas les choses. Toujours est-il qu'une petite explosion s'est produite et j'ai reçu une multitude de gouttelettes de métal en fusion. Ma tenue de protection et mon casque ont bien joués leur rôle, mais j'avoue que j'ai eu quelques frayeurs pendant un court moment. Depuis tout jeune j'ai 2 passions, mon métier de Sapeur-pompier et l'aviation, pendant cette intervention j'ai eu des sentiments partagés entre celui de participer au premier " gros feu " de ma carrière et la désolation de constater la destruction de tous ces avions. Une image reste très précisément gravée dans ma mémoire ainsi que celle de mes collègues, c'est cette statue qui était visible par moment dans la fumée et les flammes et qui semblait défier le feu. L'intervention se terminera par l'extinction complète au moyen de lance-canon des engins d'incendie de l'aéroport du Bourget, qui avec leur capacité importante de débit en eau et notre action viendront à bout du feu. FARDEL Eric le 19 mars 2009
j'ai, bien évidement, entendu beaucoup de chose sur cet incendie, mais je ne pensais pas que c'était si important.
Et pas de blessés? Etonnant!
C'est tout ce qu'il reste du NA-64 Yale s/n 164-2224 N3415C; Impressionnant tas de cendre à l'arrière. Il n'en reste rien.....
Ce document parle de lui même............
Un reste de fuselage.........
Impressionnant cette pale d'hélice complétement fondue et toujours en place. Forcément, ça va marcher beaucoup moins bien... ;-))))
Alors, que s'est-il passé ce 17 mai 1990? Qu'est-ce qui à provoqué ce carnage patrimoinique? En fait, comme souvent en pareil cas, deux versions s'opposent. - L'officielle, Dans le Pegase n58 du mois de juin 1990 L'incendie aurait débuté dans un hangar en cours de rénovation. (Rénover des hangars pleins d'appareils, curieuse idée). - L'officieuse. Dans un hangar proche, les restes du malheureux DC-10 UTA avaient été rassemblés pour l'enquète. De sombres barbouzes, qui auraient voulu faire disparaitre certaines preuves, se seraient trompés de hangar.....; Pas doués les gars non ;-)))). En plus en pleine journée....(début de l'incendie peu après 10h) Bref, le mal est fait, la revue Pégase avait en Septembre 1990 fait paraitre un listing dans lequel était annoté les appareils disparus dans l'incendie. Je vous livre cette liste avec ses erreurs et imprecisions (le Pescara par exemple).
[./dornier_zeppelinpag.html]
[./a26_3pag.html]
[./henri_mignet_hm_280pag.html]
[./spitfire_mk_ixpag.html]
[./bolingbrokepag.html]
[./morane_saulnier_ms_1500_epervier_n_01pag.html]
[./morane_saulnier_vanneaux_ms_472_n_283pag.html]
[./nord_3400_norbarbe_n_99pag.html]
[./b_25_mitchellpag.html]
[./amiot_351pag.html]
[./dassault_md_320_hirondellepag.html]
[./f_5g_ligthningpag.html]
Appareils à moteurs à pistons - Amiot 351 n117 - Beech E.18S Super nBA-68 F-AJGP - Bristol 156 Bolingbroke n11-880-264 Code 9947 - Brochet Maurice 50 Pipistrelle n1 F-PHFI - Dassault 320 Hirondelle n01 F-WPXB - De Havilland 82A Tiger Moth n83097 Code R 5238 - Code peint K 2570 - Dewoitine VII n16 - Dornier Zeppelin.IV n01 - Douglas A-26B-15 DL Invader n6875 Code 41-39162 - Dumolard Autoplan n01 F-WFOQ - Lockheed F-5G Ligtning n8502 Code 44-53247 - Henri Mignet 8 Pou du Ciel - Morane Saulnier 149 n29 F-AJFJ - Morane Saulnier 1500 Epervier n01 F-ZJND - Morane Saulnier 472 Vanneau n283 - Morane Saulnier 505 Criquet n599/34 F-BCMD - Morane Saulnier XXIX AI n1598 - Nord 3202 n42 Code F-MAJC - Nord 3202 n67 Code F-MAIA - Nord 3400 n70 Code F-MMJA - Nord 3400 n99 Code F-MJBW - Nord 3400 n108 Code F-MJBY - North American B-25J-30-NC Mitchell n108-37495 Code N7681C 44-86701 - North American NAA-64 Yale n164-37495 Code N2415C - Robin ATL n01 F-WFNA - Santos Dumont 14bis (Réplique) - Schmitt Paul (1915) - SNCASO 30P Bretagne n18 F-ZABI - Stampe et Vertongen 4C n82 F-BIZY - Supermarine Spitfire IX BS464 Code GW-S - Westland Lysander n1589
[./pescarapag.html]
[./t_33_pegasepag.html]
Appareils à réaction - Canadair T-33AN Sylver Star 3 Pegase Code 21064 Voilures Tournantes - Agusta Bell 47G n040 F-YEAA - Hiller UH-12A n157 - Oemichen divers - Perrin Helicion III n01 - Pescara F-3 n3 Planeurs - Breguet 905S Fauvette n32 F-CCJC - Breguet 906 Choucas n01 F-CCGP - Castel 25S Biarritz n133 F-CRPO - D.F.S. 108-49 Grunau Baby II n10849 - D.F.S. 108-30 Kranich n1399 - D.F.S. 108-68 Weihe 50 n1 F-CAEI - Schleicher Ka-2 Rhonschwalbe n33
La Statue de Charles Lindbergh, rescapée, pose à présent fiérement à l'extérieur du musée sur le Rond Point du carrefour Charles Lindbergh, entre la sortie de l'A1 et l'Avenue du 8 mai 1945
[Web Creator] [LMSOFT]