List'In Patrimoine

Gerard Henry

Gérard HENRY, un pilote d’exception méconnu:

Conclusion

1982 - 03.09.82. HENRY photo D

1982 – 03.09.82. HENRY photo D.Liron

Avec plus de 40 modèles d’avions et 30 types d’hélicoptères pilotés au cours de sa vie Gérard Henry a été un témoin actif privilégié de l’avancé technologique de l’aviation pendant près de 40 ans et son humilité n’a d’égal que son perfectionnisme à accomplir les tâches qui lui étaient confiées. Rares sont les pilotes d’essai qui ont pu vivre une telle aventure au sein de la même société, même si cette dernière a subi des changements patronymiques durant son développement. Avec 11575 heures de vol dont 7421 passées en essais, Gérard Henry reste un des pilotes emblématique de l’histoire de l’hélicoptère, même s’il n’a pas été reconnu comme tel.

2016 - Gérard et ses maquettes 5 fév.2016 ph.D

2016 – Gérard et ses maquettes 5 fév.2016 ph.D.Liron

Dans son bureau la vitrine des maquettes de tous les appareils sur lesquels il a volé.ph. D

Dans son bureau la vitrine des maquettes de tous les appareils sur lesquels il a volé.ph. D.Liron

A l’heure actuelle on ne rend pas assez hommage aux pionniers qui ont fait avancer
Le progrès dans n’importe quel domaine que ce soit : Aéronautique, Espace, Automobile Médecine etc… Bien sûr on ne vit pas avec le passé, mais on peut très bien être tourné vers l’avenir sans oublier toutes ces personnes sans qui on n’en serait pas où on en est. Ce qui hélas n’est pas de mise chez Eurocopter.

Méditons sur la phrase historique d’Igor Sikorsky qui a dit « l’hélicoptère est un engin qui a sauvé plus de vies qu’il n’en a coûté »
C’est toujours d’actualité !

Daniel LIRON


ANNEXES

Son palmarès de 34 années dans la carrière aéronautique (dont 27 ans en tant que Pilote d’Essai) laisse perplexe. On peut citer, entre-autres, certaines fonctions administratives qu’il a exercées comme :

Diplôme de contrôleur de la circulation aérienne en 1948 avant qu'ilne devienne breveté hélicoptère. coll.Liron

Diplôme de contrôleur de la circulation aérienne en 1948 avant qu’ilne devienne breveté hélicoptère. coll.Liron

Commissaire de l’Aéro-Club de France.

Examinateur pour l’Aéronautique civile et commerciale, et habilité à faire passer les épreuves pratiques en vol aux candidats au Brevet de Pilote Professionnel.

Membre de la Commission d’attribution du brevet de Pilote de ligne et délégué du Personnel Navigant durant 9 ans.

Il a obtenus plusieurs des principaux brevets aéronautiques « Avions » aux USA en Grande-Bretagne et en France ainsi que la qualification assez rare de Pilote de Glacier.

Il est détenteur de 5 Brevets de pilote d’hélicoptères : pilote d’essais, Privé, Professionnel, Ligne et Réception. Brevet de contrôleur de Circulation aérienne, Pilote d’avions de Tourisme et de Pilote d’avions de transport public, et pilote de planeurs.

Les 5 brevets lui permettant de piloter tous types d'appareils à voilure tournante. Coll.& photo D

Les 5 brevets lui permettant de piloter tous types d’appareils à voilure tournante. Coll.& photo D.Liron

Commissaire de l’Aéro-Club de France.

Examinateur pour l’Aéronautique civile et commerciale, et habilité à faire passer les épreuves pratiques en vol aux candidats au Brevet de Pilote Professionnel.

Membre de la Commission d’attribution du brevet de Pilote de ligne et délégué du Personnel Navigant durant 9 ans.

Il a obtenus plusieurs des principaux brevets aéronautiques « Avions » aux USA en Grande-Bretagne et en France ainsi que la qualification assez rare de Pilote de Glacier.

Il est détenteur de 5 Brevets de pilote d’hélicoptères : pilote d’essais, Privé, Professionnel,
Ligne et Réception. Brevet de contrôleur de Circulation aérienne, Pilote d’avions de Tourisme et de Pilote d’avions de transport public, et pilote de planeurs.

Appareils pilotés par G.Henry

Appareils pilotés par G.Henry

On ne peut que rester muet d’admiration devant un tel talent de pilotage et son C.V. devait être donné en exemple à l’Ecole de l’Air afin de montrer aux candidats pilotes que sans les moyens modernes actuels on pouvait quand même réussir sa passion et la vivre intensément sans en exclure les risques potentiels.

Merci Monsieur Henry – l’hélicoptère vous doit beaucoup – ! et bon vol

* Nota : Gérard Henry était le dernier pionnier « masculin », mais il reste encore le Médecin Capitaine- distinguée Général – Valérie André qui a débutée en 1945 en réalisant des évacuations sanitaires en zone de combats, pilotant, seule son Hiller 360 en Indochine, et ensuite en Algérie en 1958, avec son époux le Colonel Alexis Santini.
Gérard Henry a bien connu Madame Valérie André qui était sa camarade de promotion à l’école HILLER en 1950.

Daniel LIRON 2011 – Mise à jour avril 2017


11 commentaires

  1. Merci pour ce papier, Daniel. J’y apprends plein de choses, avec un plaisir pondéré de la tristesse de voir un si grand pilote si peu reconnu, finalement. Gérard Henry m’avait raconté un jour comment, voyant une démonstration d’hélico sur la Seine, à Paris, il avait décidé de prendre des cours chez Hélicop-Air. Ils étaient deux, dans son stage, sous la houlette d’André Onde. L’autre s’appelait Valérie André… Nul doute qu’il a rejoint les plus grands pilotes…

  2. C’est un bel hommage que vous rendez à mon père au travers de cet article! Merci de rappeler sa vie professionnelle qu’il aimait plus que tout. Ils ont été une poignée à démarrer cette aventure des essais en vol, une petite famille qui s’est bien agrandit grâce à ces hommes (et une femme!)
    Avec votre contribution ceux qui s’intéressent à l’histoire des hélicoptères ne les oublierons pas. Merci Mr Liron.

  3. Bonjour Jean-Luc,
    En relisant le texte de Daniel Liron, j’ai remarqué une petite erreur de frappe.
    En 1977, l’appareil en vol stationnaire est identifié F-WZAT,AS 332 n°01, il s’agit en fait du AS 331 n°01 ( bien identifié sur la photo suivante), proto unique qui donnera naissance à l’ AS 332 Super Puma.

  4. Bonjour Christian, désolé pour le retard de ma réponse.
    Merci pour cette rectification, c’est corrigé.

  5. je suis épaté par un tel parcours ,un grand homme et merci de nous avoir relaté sa vie !Gérard HENRY est un exemple !

  6. effectivement peu connu malgré une carrière remarquable d’un pilote qui a activement participé au développement des hélicoptères .

  7. J’ai fait mon premier vol avec Monsieur Henry et le copilote Monsieur Ramélla Sur l’alouette 3 n° 1164 au début de 1970,c’était une personne super et j’en garde un merveilleux souvenir,et oui le temps passe.
    Jean-Guy VIDAL

  8. Merci de nous faire vraiment connaître ce Pilote malgré mon âge(75 ans)
    Je suis épaté par ce qu’il a engrangé comme essais ainsi que ce que l’hélicoptère lui doit

  9. Ce pilote d’exception comme tant d’autres qui ont contribué au développement des machines à voilures tournantes et aux nouvelles technologies aéronautiques, est mort dans l’oubli et l’indifférence générale…

    Jean-Louis DELATTRE

  10. Un parcours exemplaire qui me laisse rêveuse. Merci à ce Monsieur peu connu qui a participé au développement et à la perenisation de l’activité hélicoptère en France.

  11. J’étais responsable des essais en vol des Dauphins aux Essais en Vol à Marignane et à ma connaissance Gérard HENRY, avec qui j’ai abondamment volé, n’a pas eu de crash de 15 g avec le Dauphin. Le seul atterrissage d’urgence en campagne qu’il a du effectuer concerne le 365 N2 avec le nouveau fenestron de 1100 mm, à la suite du décollement de la peau d’une pale arrière consécutive à un mauvais nettoyage de produit anti-adhésif dans le processus de fabrication. Sauf erreur de ma part il était en équipage avec Michel SUDRE et Pierre ROUGIER. Par contre il a participé effectivement aux préparatifs de la démonstration du diagramme hauteur/vitesse avec le monomoteur et nous avait mis en garde, avec raison, contre l’absence de marge de cette démonstration où les les Services Officiels nous avait imposé indûment d’afficher au genou la puissance maximale continue, ayant confondu projet de règlement (nprm,notice per rulemaking ) et règlement (FAR 29). Et effectivement cela nous a valu à Bernard PASQUET et à moi-même d’effectuer le premier tonneau (au sol) avec un des premiers monomoteur produit, la pente montante du terrain de Saillagouse ayant été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je ne me souviens plus des g subis mais aucun de nous deux n’a subi de tassement de vertèbres consécutif à ce crash.
    Merci l’auteur pour celle belle biographie et à Gérard pour ce qu’il m’a appris.


Laissez un commentaire